Immo Decarne
- 69 clics -

Votre investissement locatif depuis votre smartphone

La période de confinement ne représente pas un frein pour ceux qui souhaitent mobiliser leur trésorerie dans des placements porteurs, même en période de récession économique. La sortie de crise étant incertaine, de plus en plus de ménages songent à faire fructifier leur épargne. En installant une application mobile sur leur smartphone ou leur tablette, la souscription à certains produits est désormais possible sans quitter son canapé.

Médias Sociaux, Smartphone, Mobile

Quels sont les placements à privilégier ?

Les investissements locatifs dans l’immobilier sont les plus sécurisés en période de crise, et ceux qui ont su conquérir le grand public sont les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Ces actifs ont d’ailleurs pour avantage de répondre à différentes attentes d’une part, et proposent des tickets d’entrée à prix abordable d’autre part.

En effet, quelle que soit sa situation financière, n’importe quel individu souhaitant placer de la « pierre » dans son patrimoine pourra investir en SCPI. C’est par exemple le cas des étudiants qui sont de plus en plus nombreux à contracter le prêt étudiant. Les seniors qui font face à une baisse généralisée de leurs revenus se tournent également vers ces véhicules de placement qui, rappelons-le, ne nécessite aucune contrainte de gestion de la part de l’investisseur.

Ces SCPI peuvent aussi être acquises à travers un contrat d’assurance-vie. En somme, ce sont les deux actifs les plus souscrits pendant cette année marquée par le ralentissement économique.

Quelles applications mobiles ?

Les applications mobiles dédiées aux SCPI ou à l’assurance-vie seront installées sur un appareil connecté afin de recevoir les offres, de s’enquérir du classement des meilleures d’entre elles, ou encore de s’informer sur les contrats référencés de l’assurance-vie.

Les simulations seront réalisées une fois les meilleurs produits repérés, afin de s’assurer qu’ils conviennent au profil de l’investisseur. Les SCPI ne doivent pas être sélectionnées uniquement pour leurs performances en effet, mais aussi compte tenu de nombreux autres paramètres, tels que l’aversion aux risques de ce dernier, sa situation fiscale ainsi que son horizon de placement.

Les applications mobiles permettront également de recevoir régulièrement les informations-clés sur une SCPI donnée, telle que l’évolution de son rendement, le prix de la part et le montant des dividendes. Les actualités générales sur les SCPI seront aussi disponibles via l’application installée.

Les meilleures applis proposent, outre l’outil de simulation, celui permettant de réaliser des comparatifs entre plusieurs SCPI – idem avec les contrats d’assurance-vie. Attention à ne pas confondre le rendement des SCPI souscrites en direct et celui du contrat de l’assurance-vie qui en exploite à travers les unités de comptes. Même si l’épargnant souscrit à une SCPI à travers ce produit d’épargne, le rendement du contrat ne sera pas celui de cette dernière dans la mesure où le prix d’achat est modifié et que les frais ne sont pas les mêmes que ceux appliqués lors d’une souscription directement à la source.

L’outil dédié à la souscription proprement dite est aussi accessible via les applis. Toutes les procédures seront réalisées de manière dématérialisée, depuis le remplissage des formulaires, la signature par voie électronique de même que les paiements qui se font par virement bancaire.

Vigilance sur les arnaques !

Souscrire en ligne n’est pas sans risque du point de vue arnaque, car c’est par cette voie digitalisée que les escrocs opèrent. Voici quelques indices permettant de repérer ces derniers : ils proposent un rendement élevé pour toutes les SCPI qu’ils proposent – alors que ces dernières ont connu, pour la grande majorité, une baisse de leur TDVM, qui peut d’ailleurs être directement consulté depuis la société de gestion qui les commercialise. Le démarchage abusif par téléphone et par mail fait aussi partie des tactiques des arnaqueurs.

Laissez votre commentaire à propos de cet article